Des sous-sols inattendus...

Publié le par La maison du fontainier

Appelée également Grand Regard de l’Observatoire et 27e du nom, la maison du Fontainier est construite à la demande d’Henri IV, puis de Marie de Médicis, pour améliorer l’alimentation en eau de Paris et plus particulièrement celle de la rive gauche. Débouché de l’aqueduc dit « de Médicis », elle draine les eaux de la nappe phréatique de Rungis et de ses environs (sources du sud).

Cet aqueduc, parallèle au tracé gallo-romain antique, commence sa course au Carré des eaux (regard des sources et regard n° 1) à Rungis, débouche à Paris par l’actuelle porte de Gentilly, passe sous le parc Montsouris, traverse le nouveau quartier Alésia-Montsouris, la maison de santé de La Rochefoucault, le parc de l’Observatoire et la termine à la maison du Fontainier. Il est construit entre 1613 et 1623 par les entrepreneurs Jean Coing et son gendre Jean Gobelin ; il mesure près de 13 km. Son parcours est jalonné de 27 regards qui permettent de contrôler et d’entretenir le système d’écoulement, mais aussi d’aérer l’eau pour en maintenir constamment la fraîcheur.

 

La patte d'oie

 


 

La répartition finale des eaux de ses sources du sud se fait dans les sous-sols, au-dessus desquels on construit, en 1619, la maison du Fontainier, d’un beau style Louis XIII. Elle sert, jusqu’à la Révolution, de logement de fonction à l’intendant général des Eaux et Fontaines du roi. Ces sous-sols sont aujourd’hui classés monument historique.

Ils sont divisés en trois salles dans lesquelles se trouve un bassin dit respectivement, du Roi, des Religieux (des Entrepreneurs) et du Peuple (de la Ville). L'aqueduc, galerie voûtée, débouche dans le bassin central des Religieux. De ces bassins et par la patte d'oie, courent les trois canalisations qui distribuent l’eau dans Paris jusqu’au milieu du XIXe siècle.

En 1845, les ingénieurs Lefort et Mary construisent le grand réservoir pour stocker l'eau qui s'écoule la nuit. C'est le prototype de ceux qu'allait créer Belgrand à Paris (Montsouris, notamment), dans la seconde moitié du XIXe siècle et début du XXe.

L'association pour la Sauvegarde et la Mise en valeur du Paris historique a mis en place depuis 1994, un chantier de bénévoles dont le but est de mettre au jour les structures du XVIIe siècle et de valoriser le site en préservant son intégrité architecturale et historique. Ce chantier et ces fouilles ont pour but, notamment, d'apporter des informations sur l'histoire et les techniques de l'eau à Paris et sur le bâtiment, qui est le plus ancien XIVe arrondissement de Paris.

La maison du fontainier se visite une fois par mois, en général le samedi (voir la liste bimestrielle de nos visites). Ces visites se font en groupe de 25 personnes maximum et durent environ 2h00.
 
Ces lieux exceptionnels, voire uniques tant à Paris qu’en France, font partie de notre patrimoine industriel et technique… La préservation de leur intégrité est une des conditions essentielles à leur restauration et à leur mise en valeur. Toutes deux sont nécessairement et exclusivement axées sur l’histoire de l’eau, de son architecture et de ses techniques (Régie municipale : Eau de Paris).


Il ne pourrait être question de les utiliser à d’autres fins…

Publié dans Histoire et chantiers

Commenter cet article